top of page
  • Photo du rédacteuryann

L'histoire d'Eric : tendinite à l'épaule

Dernière mise à jour : 2 nov. 2022




Eric est avocat dans un cabinet parisien réputé, il est sportif, il court, il boxe et fait un peu de renfo pour se tenir en forme. L’été dernier, il est parti faire un stage de surf en famille, bien décidé à profiter de chaque minute dans l’eau et du beau temps, quand une douleur à l’épaule apparaît lors des mouvements de crawl sur la planche (lorsque l’on rame pour prendre la vague). Il décide malgré tout de continuer à surfer. Au bout de 2 jours, un médecin présent au même stage lui diagnostique une tendinite du supra épineux, un muscle de la coiffe des rotateurs et lui conseille de ne pas faire la dernière journée de surf. Mais pour une dernière journée, il choisit d’en profiter !


La nuit suivante fut courte avec une douleur intense et le retour à la maison fut plus difficile que prévu ! Impossible de porter les valises, chaque fois qu’il utilise son bras une douleur remonte de son coude à son épaule comme un courant électrique. Certains mouvements deviennent presque impossibles, plus possible de boxer ni de faire une pompe ! Il est allé voir le kiné, a fait 3 séances mais n’a pas continué le suivi car trop contraignant pour lui de se déplacer chaque semaine à des horaires différents. Les mois passent et 2 mois après l’apparition de sa douleur je revois Eric à un de mes cours de boxe. (oui je donnais des cours de boxe dans son cabinet c’est une histoire vrai 😉)

Après une petite discussion je lui propose de faire quelques tests et de tester une méthode de routine que suis en train de mettre au point à ce moment-là. Après les tests, j’ai localisé la zone douloureuse (pas très difficile au vu de l’importance de l’inflammation), mais j’ai également repéré un manque de mobilité sur une épaule et un pectoral beaucoup plus tendu que l’autre ! Cela m'a donné mes axes de travail pour sa routine. Après une semaine il me dit déjà sentir la différence, « surement l’effet placebo d’avoir un traitement » me dit-il. Mais au bout de la fin du 1er niveau de la routine, soit 3 semaines après, il peut refaire quelques pompes et n’a quasiment plus mal après le sport. Seuls quelques mouvements restent douloureux. Quelques semaines de plus et la douleur avait disparu.

Ici Eric s’est blessé surement pour 2 raisons, un manque de mobilité de l’épaule qui amène le tendon du supra épineux à frotter contre l’acromion et le volume anormalement élevé de flexion de bras dû aux journées intenses de surf. Ces 2 éléments combinés ont augmenté le volume de frottement sur le tendon qui n’a pas supporté autant de lésions d’un coup et qui s'est inflamé. Ensuite, le manque de mobilité au quotidien à continuer à blesser le tendon qui ne pouvait plus cicatriser car constamment sollicité.

Une situation comme celle-ci, sans traitement manuel ou réhabilitation, peut vite dégénérer et finir en rupture partielle ou totale du tendon comme pour José.

Le petit mot d’Eric : un grand merci à Yann, je ne m’en sortais pas ! Ranger des assiettes dans un placard pouvait être une épreuve, ce qui à mon âge est tout de même vexant. Le suivi continu, les vidéos, les conseils, les exercices progressifs et régulièrement adaptés par Yann m’ont sorti d'affaires. Et maintenant je me prépare à reprendre le surf.


Découvrir notre méthode de réhabilitation!


698 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page